SAINT-MAURICE

Site officiel de la commune de Saint-Maurice (Bas-Rhin)

L'histoire du village


Pour les recherches généalogiques de vos ancêtres : Saint-Maurice / St. Moritz (en allemand) est une paroisse catholique et une annexe de Neuve-Eglise avant la Révolution.

Vous trouverez les registres communaux jusqu'en 1912, sur le site des archives du Bas-Rhin : http://archives.bas-rhin.fr/registres-paroissiaux-et-documents-d-etat-civil/

La vallée de Villé a été colonisée au 4ème siècle sous Constantin 1er. Il envoya les Sarmates (peuple venu de Pologne) pour défricher et coloniser la contrée.

Ils y construisirent deux routes. L'une qui débutait à Bliennschwiller, puis passait par Hohwarth et arrivait à Villé. L'autre partait de Scherwiller et traversait Thanvillé pour rejoindre Villé.

A partir de Villé, une route se dirigeait vers le col d'Urbeis pour aller en Lorraine. C'était la « Strata-Sarmatarum », la chaussée des Sarmates.


Au VIIème siècle, l'abbaye d'Ebersmunter devient propriétaire de St-Maurice.


Au XIVème siècle, l'évêque de Strasbourg devient propriétaire de St-Maurice.


Au XVème siècle, St-Maurice est vendu au Grand-Chapitre de la Cathédrale de Strasbourg , propriétaire du Comte-Ban.


1618 – 1648, la guerre de Trente Ans. Le village passe de 96 à 54 habitants.


En 1715, le Dumpfenbach est reconnu comme limite entre la seignerie de Tanviller et Saint-Maurice.


En 1748, une auberge à St-Maurice. C'était l'auberge de la Couronne « Zur Krone » qui a existé jusqu'en 1925 au 26 rue de l'Eglise. Le dernier aubergiste était Félix Bauer, le grand-père maternel d'André Saettel


En 1789, Saint-Mauirce devient une commune indépendante. Le premier élu, fut l'aubergiste Joseph Labrux de 1789 à 1790.


En 1813, la commune sera sollicitée comme d'autres pour participer au financement de la campagne de Russie de Napoléon.


En 1832, la croix du Hirtzengott, entre Triembach-au-Val et Saint-Maurice, au lieu dit susnommé, au bord de l'ancienne route du Sel. Cette croix a été érigée en 1832 par Christophe Munsch, maire de St-Maurice et son épouse Barbe Zimmermann en souvenir de Thomas Munsch et Barbe Dillenseger décédés à Triembach-au-Val et dont le fils Nicolas Munsch est mort en 1813 dans les combats près de Moscou.



En 1843, Saint-Mauirce devient une paroisse indépendante. C'est l'abbé Knecht sera le premier curé de la paroisse de Saint-Mauirce.


En 1845, la croix du Rebberg, au nord du village, à l'intersection des chemins Kappelenweg et du Rebberg, on distingue une croix voltive (pour s'acquitter d'un voeu), en grès des Vosges. Elle a été érigée par le sergent Joseph Wärtel (31ème Régiment de Ligne), membre de l'expédition d'Alger et des combats contre Abd-el-Kader.


En 1849, le choléra, qui a envahi l'Alsace par la vallée de la Bruche avec dans la vallée de Villé avec183 cas dont 89 décès.

1870 à 1871 la guerre avec 2 tués. Antoine Klock qui avait mis sa femme et ses 4 enfants à l'abri dans les bois et qui a été arrêté lorqu'il est retourné chez lui au village et il a été fusillé par les soldats Badois ainsi que Maximilien Duffner qui sortait de sa cave quand il a pris un coup de fusil dans le coude et il mourut de la gangrène par manque de soin. Les soldats enpêchant les familles d'aller chercher un médecin à Villé.


En 1891 c'est l'arrivée du chemin de fer dans la vallée de Villé.


Tombe du soldat Jean Courbe

Les 18 et 19 août 1914, une lutte oppose dans la vallée les soldats allemands bavarois et la 14ème division d'infanterie de l'armée française. Les soldats allemands occupent le village. Pour une raison inconnue des coups de feu éclatent près de l'auberge de Félix Meyer et les troupes bavaroises stationnées au château de Castex à Thanvillé, accusent les habitants de cacher des soldats français. Les troupes allemandes inscendient 38 maisons au centre du village. Les allemands abattent 4 habitants, enterrés dans une tombe commune : Georges Wach 18 ans, Jacques Deutschler 60 ans, Nicolas Urban 65 ans et Alphonse Dontenville 57 ans et 2 soldats français prisonniers : Jean Courbe 22ème RI, 21 ans (enterré dans la commune) et Blanc Martini 22ème RI, 21 ans (corps récupéré par la famille). 84 personnes seront arrêtés et détenues à Strasbourg durant 15 jours le temps de l'instruction judiciaire. Le village recevra la Croix de guerre en 1919 des mains du Président de la République Raymond Poincarré.

Durant la guerre de 1914 à 1918, Saint-Maurice a perdu 8 de ses enfants :


MEYER François-Joseph

+1914


URBAN Emile

+1914


DONTENVILLE Grégoire

+1915


DOLLE Joseph

+1916


MARTIN Ernest

+1916


SIEDENMEYER Joseph

+1916


DONTENVILLE Auguste

+1916


DONTENVILLE Aloïse

+1918


Durant la guerre de 1939 à 1945, Saint-Maurice a perdu 10 de ses enfants :


DONTENVILLE Charles


+12 mai1940 / 150ème RI


Suarlée – province de Namur - Belgique


STEBLER Charles


+ 5 décembre 1943


Cassino - Italie


FRITSCH Pierre


+ 6 mars 1944


Inguletz - URSS


DONTENVILLE Raymond


+ 22 mars 1944


Lukowke - Pologne


SCHEER André


+ 6 mai 1944


Sloboldka - URSS


L'HOSPITAL Robert Jean


+ 11 mai 1944


Sujewo - Lettonie


SCHLEBER Charles


+ 25 août 1944


Czernowka - URSS


FRISCHT Paul


+1 décembre 1944


URSS


GRIESMAR Maurice


+ 13 janvier 1945


Schlossberg - Allemagne


BURG René Alphonse


+ 23 octobre 1945


Francfort sur Oder - Allemagne

http://memoires.region-alsace.eu/frontoffice/accueil.aspx

Historique tiré de l'ouvrage sur St-Maurice de M. Julien Griesmar


RETOUR